dimanche 4 novembre 2018

Chroniques de la fin du monde, Au commencement – Susan Beth Pfeffer



« Dans ma tête, j'avais la sensation que, même si c'était la fin du monde, McDonald's vendrait toujours ses hamburgers. »


Auteur : Susan Beth Pfeffer
Éditions : Pocket Jeunesse
Date : 2011
Genre : Young Adult, SF
420 pages


Miranda est une adolescente normale avec les préoccupations de son âge. Elle raconte sa vie banale dans son journal intime... jusqu'à ce qu'un astéroïde vienne bouleverser l'ordre des choses. Les médias se font le relais enthousiaste de ce rarissime incident. Mais l'excitation cède la place à la panique lorsque l'astéroïde détourne la lune de son orbite! Le météorite se rapproche de la Terre et les premiers effets ne tardent pas à se faire sentir. Les catastrophes naturelles s'enchaînent, et un hiver permanent s'installe quand des cendres volcaniques obscurcissent le ciel. Miranda se réfugie chez elle et s'organise. Le rationnement et les privations sont désormais son quotidien... et la survie son seul objectif ! De quoi est capable une adolescente pour protéger sa famille quand elle n'a plus rien à perdre ?


Mon Avis

Aimant les livres catastrophes, je me devais de commencer Chroniques de la fin du monde.

J'ai immédiatement été happé par le style de narration : nous suivons Miranda qui nous raconte, à travers son journal intime, sa vie depuis ce fameux moment où un astéroïde a percuté la lune. Cela rend ce récit incroyablement intime d'autant plus que Miranda est une jeune adolescente au cœur de tourments personnels.
J'ai bien aimé ce personnage même si parfois, je lui aurais bien mis une gifle. Sa façon de parler à sa mère, qui fait absolument tout pour que ces enfants survivent, est tout simplement inadmissible et incroyablement égoïste. Heureusement celle-ci au fil des pages grandie et se rend compte des sacrifices maternels.

Ce que je tiens absolument à préciser, c'est le sentiment que m'a procuré ce livre. J'ai eu peur. Il m'a angoissé au plus haut point. L'ambiance latente, la faim, les inquiétudes, les changements climatiques etc. Je suis restée paranoïaque pendant plusieurs jours. Je surveillais la lune qui, dès son apparition dans le ciel, m'angoissait. L'auteur insuffle à cette lune une personnalité effrayante et mauvaise. C'était la première fois que je la voyais sous cet angle, étant le plus souvent encensée dans les romans et poésies.

Un roman hors du commun qui a su me surprendre du début à la fin. Une leçon de survie dans un monde apocalyptique qui saura vous donner des sueurs froides. Je suis extrêmement pressée de lire la suite.
Un coup de <3



Aucun commentaire:

Publier un commentaire